Hommage à Jean Zay

Communiqué de presse
(Discours lu par Nicolas Gallais)

Pau, le 1er juillet 2012, Rond-point Franz Toussaint angle rue Jean Zay, avenue Léon Blum,
11H30

Jean Zay

20 juin 1944 - 20 juin 2012

Pour la quatrième année consécutive, nous nous réunissons afin de rendre hommage à Jean Zay. Cette année, c'est en qualité de représentants de l'association des amis de Jean Zay que nous honorons sa mémoire.

Comme convenu, la demande d'une stèle a été effectuée auprès de Madame la Députée-Maire de Pau qui en a pris bonne note et je ne manquerai pas de vous tenir au courant de l'évolution de notre requête...

Il y a 68 ans, le 20 juin 1944, Jean Zay était assassiné par la milice de Vichy. 

Député du Loiret, Ministre de Front Populaire, écrivain, journaliste, franc-maçon, il aurait pu s'abriter sous les ors de la République lorsque la guerre a débuté en 1939.

Lui, Jean Zay, Ministre de l'Instruction Publique démissionna pour être mobilisé. Il avait choisi une autre voie...

La voie la plus difficile, celle du courage et de la résistance, la voie du combat pour la liberté, la voie de ceux qui ne renoncent jamais et JEAN ZAY-HOMMAGE-20 07 2012-
dont les idéaux et les principes républicains sont inébranlables.

Jean Zay n'avait pas eu peur de braver le danger. Il affrontait avec force et détermination l'intolérance et la barbarie d'un régime en perdition.
Les valeurs d'humanisme, de liberté, d'égalité, de fraternité, de solidarité et de laïcité étaient les siennes... Il les a défendues jusqu'à son dernier souffle.

Emprisonné, il réussit à écrire un livre admirable « Souvenirs et solitude ».
Ses bourreaux pensaient sans doute qu'en l'assassinant de la sorte et en faisant disparaître son corps, ils effaceraient l'homme et son action. En définitive, ils réussirent le contraire.

Notre devoir aujourd'hui est de faire connaître aux jeunes générations cet homme unique dont l'intérêt général était le moteur.
L'œuvre ministérielle de Jean Zay est d'une grande richesse : il est à l'origine du Festival de Cannes, de l'ENA, du CNRS, du statut moderne des droits d'auteurs, des bibliobus.

Il posa les fondements de ce qui deviendra le système scolaire moderne et fit passer l'âge de la scolarité obligatoire de 13 à 14 ans.
Mais l'essence même de Jean Zay, ce que la Mémoire et l'Histoire ne pourront oublier, c'est, sans aucun doute, la droiture et la sincérité de son action.
Incorruptible il était, incorruptible il restera.

Jean Zay est un exemple, non seulement pour la classe politique mais aussi pour l'ensemble des citoyens de notre pays.
Un exemple à méditer, un exemple à respecter dont nous avons la responsabilité de faire vivre la mémoire et l'action politique.
Action juste et mesurée qui force encore notre admiration.

Jean Zay, homme de courage et d'honneur, homme sincère et droit mériterait d'avoir sa place au Panthéon des Grands Hommes.
Nous, association des amis de Jean Zay, feront tout pour ce qui est en notre pouvoir pour que Jean Zay puisse être reconnu en tant que tel...

Dépôt d'une Gerbe de fleurs

Minute de silence